Recherche :
  • LE CRLC
  • Statuts
  • Membres permanents
  • Annuaire
  • Contacts
  • RECHERCHE
  • Présentation
  • Bilans et bibliographies 2007-2012
  • Programme 2013-2018
  • Partenariats
  • LABORATOIRE JUNIOR
  • Horizons comparatistes
  • DOCTORAT & HDR
  • Les études doctorales au CRLC
  • Directeurs de recherche
  • Thèses en cours (doctorants)
  • Thèses soutenues depuis 2008 (docteurs)
  • Habilitations soutenues depuis 2009
  • MANIFESTATIONS
  • Colloques
  • Journées d'études
  • Conférences
  • Séminaires de recherche
  • Séminaires de Master
  • Congrès de l'AILC
  • REVUE
  • Comparatismes en Sorbonne
  • PUBLICATIONS
  • Publications des membres permanents
  • Publications des docteurs et associés
  • LIENS UTILES
  • Collections & revues comparatistes
  • Réseaux de recherche sur la littérature
  • Centres de recherche sur la littérature
  • Bibliothèques numériques
  • Portails de sciences humaines
  • Revues en ligne
  • RESSOURCES
  • A lire
  • A écouter
  • A voir
  • ARCHIVES
  • Archives de Master
  • COLLOQUES
    La Haine du théâtre: débats et polémiques
    Colloque international
    François Lecercle et Clotilde Thouret (CRLC, Paris Sorbonne)
    Dans le cadre du Labex OBVIL
    23, 24, 25 octobre 2014 Sorbonne, Maison de la recherche 28 rue Serpente, 75006 PARIS, salle 35
    Colloque La haine du théâtre : débats et polémiques (Antiquité-XIXe siècle)
    Labex OBVIL-CRLC
    Maison de la recherche, salle D035 (28, rue Serpente, 75006)
    23, 24 et 25 octobre 2014


    Jeudi 23 octobre
    9h-10h45. Autorités
    Guillaume Navaud (Lycée Janson de Sailly, CRLC) : « La théâtrophobie impériale (IIe-IVe s.) entre platonisme et christianisme »
    Anne Duprat (Université de Picardie Jules Verne) : « Le discours patristique contre le théâtre : retour sur le De Spectaculis de Tertullien »
    Florence d’Artois (Université Paris-Sorbonne) : « Augustinisme explicite et implicite dans la querelle espagnole sur la licéité du théâtre (1598-1682) »

    Pause

    11h15-12h30. Dynamiques polémiques
    Radovan Mirkovic (Université Paris-Sorbonne) : « La condamnation du théâtre dans la pensée politique de Platon »
    Chiara Mainardi (Université Paris-Sorbonne, Labex OBVIL) : « La querelle selon l’abbé d’Aubignac : les enjeux de la Dissertation sur la condemnation des théâtres ».

    Déjeuner

    14h-15h45. La place des femmes
    Véronique Lochert (Université de Haute-Alsace) : « Le regard des femmes : la place des spectatrices dans la polémique contre le théâtre »
    Sarah Nancy (Université Sorbonne nouvelle) : « Altérité et altération. Quand le féminin sert à dire la haine du théâtre »
    Andrea Fabiano (Université Paris-Sorbonne) : « La haine du théâtre, la haine des femmes : fascination et censure dans la réflexion théorique et dans la pratique théâtrale italiennes au XVIIIe siècle »

    Pause
    16h15-18h15. Théâtre et société
    Déborah Blocker (University of California, Berkeley) : « La haine du plaisir et son envers : Molière, L'Ecole des Femmes et le discours anti-théatral »
    Anne Teulade (Université de Nantes, IUF) : « Politique du débat sur le théâtre : le cas de l’Espagne du Siècle d’Or »
    Ellen Mac Kay (Indiana University) : « Figuring the audience in the early modern English antitheatrical imagination »
    Nathalie Vienne-Guerrin (Université Montpellier III) : « Le théâtre comme chef-lieu de l’injure dans quelques pamphlets élisabéthains »

    Vendredi 24 octobre
    9h-10h45. Le corps des acteurs
    Françoise Decroisette (Université Paris VIII) : « La peur des corps dans les écrits sur le théâtre des Zanni (XVIe-XVIIe siècle). »
    Marie-Thérèse Mourey (Université Paris-Sorbonne) : « Le Verbe, le Corps, le Geste : la haine du théâtre dans l'espace germanique (XVIe-XVIIIe siècles) »
    Laurence Marie (Ambassade de France à NY, CRLC) : « La critique comme matrice théorique : le jeu théâtral dans la Lettre à d'Alembert »

    Pause

    11h15-12h30. Reformulations apologétiques de la haine
    Hugh Roberts (University of Exeter) : « “Au Diable soient donnez les Comediens” : la haine dans des apologies du théâtre au début du XVIIe siècle »
    Clotilde Thouret (Université Paris-Sorbonne) : « La figure du théâtrophobe dans les défenses du théâtre au XVIIe siècle »

    Déjeuner

    14h-15h45. La haine du théâtre, entre religion et science de l’âme
    Bruna Filippi (LUMSA, Rome) : « Dans les plis de la “tolérance” du théâtre en Italie : les usages pervers des ressources du langage théâtral au XVIIe siècle. »
    Larry Norman (University of Chicago) : « Théâtrophobie et la “nouvelle philosophie” moderne : le cas de Jean Terrasson »
    Logan Connors (Bucknell University) : « “Que sur la superficie de notre cœur” : d’un discours contre le théâtre à une science de l’homme théâtrale en France, 1694-1719 »

    Pause

    16h15-18h15. Cas polémiques
    Hirotaka Ogura (Université Sophia, Tokyo) : « L’amour du théâtre. Réflexions sur l’épisode de l’effondrement des gradins survenu en 1349 à Kyoto »
    François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « La polémique avant la polémique : l'affaire du Parlement de Paris, 1541 »
    Yan Brailowsky (Université Paris-Ouest Nanterre) : « “All fish and no water” : la controverse du Masque of Blackness de Ben Jonson (1605) »
    Carine Herzig (Université Bordeaux-Montaigne) : « Considérations sur la querelle du théâtre en Espagne dans la seconde moitié du XVIIe siècle : autour de quelques textes inédits d'un impossible dialogue (1672-1682) »


    Samedi 25 octobre
    9h-10h45. Dans l’œil du spectateur
    Sylvaine Guyot (Harvard University) : « Regards éblouis, séduits, enflammés, embués, horrifiés (etc.) : les paradigmes visuels dans les polémiques théâtrales du XVIIe siècle »
    Sylviane Leoni (Université de Bourgogne) : « Fiction et fonction du regard dans le discours anti-théâtral »
    Marion Lafouge (Université de Bourgogne) : « De gustibus et coloribus… Haine du théâtre et haine de la couleur, même combat ? »

    Pause

    11h15-12h30. Moralité et concessions poétiques
    Enrica Zanin (Université de Strasbourg) : « la vraisemblance : une règle « contre » le théâtre ? »
    Zoé Schweitzer (Université Jean Monnet, Saint-Etienne) : « Prévenir la haine : autocensure et adaptation du théâtre antique. L’exemple du Phaeton de Gildon (1698) »


    Déjeuner

    14h-15h45. Le théâtre, lieu démoniaque
    Marie-Hélène Goursolas (Lycée Louis-le-Grand, CRLC) : « La notion d’idolâtrie dans la polémique contre le théâtre en France et en Angleterre aux XVIème et XVIIème siècles : enjeux d’un argument récurrent. »
    Marie Saint-Martin (Professeur CPGE, CRLC) : « De la possession démoniaque à la catharsis : esthétique du ravissement »
    Pierre Pasquier (Université François Rabelais, Tours) : « La critique du théâtre de dévotion par Pierre Nicole dans le Traité de la comédie (1667/1675) »


    Organisation : François Lecercle et Clotilde Thouret
    Contact : clotilde.thouret@wanadoo.fr


    Avec le soutien de:
    Conseil Scientifique de Paris-Sorbonne

    Labex OBVIL

    CRLC (EA 4510), Université Paris-Sorbonne
    PRITEPS, Université Paris-Sorbonne

    UMS 3323 « Maison de la Recherche », Université Paris-Sorbonne
    REIGENN, Université Paris-Sorbonne
    Ecole Doctorale 3 0019, Université Paris-Sorbonne


    PROGRAMME SCIENTIFIQUE :
    Parmi toutes les formes littéraires, le théâtre est sans doute l’une de celles qui ont eu le plus d’impact sur la vie culturelle. Cela tient au fait que, depuis l’époque de sa professionnalisation (milieu XVIe - début XVIIe s.), il a été prioritairement conçu comme spectacle vivant et non comme texte à lire, si bien que c’est au théâtre que se forme l’idée d’un public qui, prenant conscience de lui-même, s’érige en instance collective de jugement. C’est aussi ce caractère public et collectif qui, à la même époque, a réveillé une hostilité qui s’était déjà exprimée chez certains Pères de l’Eglise. Cette hostilité s’est traduite, à partir des années 1570, par une série de crises à travers l’Europe, entretenues par une ample production de traités et de pamphlets qui, très vivace jusqu’à la fin du XVIIIe s., a eu des prolongements jusqu’au milieu du XIXe s.
    Il est grand temps de revenir sur une histoire qui a été très inégalement explorée, pour réfléchir sur les circonstances qui ont donné lieu à des polémiques (où, quand et comment se déclenchent-elles ?), pour analyser les argumentations développées, pour préciser l’image que le théâtre lui-même donne de ceux qui l’attaquent, et pour analyser les mécanismes et les enjeux de scandales qui sont presque aussi anciens que le théâtre lui-même. Les querelles du théâtre n’ont jamais été purement théâtrales, elles ont toujours fait appel au « peuple chrétien » ou à « l’opinion publique », en même temps qu’aux autorités religieuses et civiles. Il suffit du reste de travailler sur quelques cas concrets pour s’apercevoir que, au XVIIe siècle comme au début du XXIe, le scandale de théâtre est souvent l’expression déplacée de crises et de tensions d’une tout autre nature. Si l’argumentation est morale et religieuse, l’enjeu n’est pas seulement éthique ou théologique, il est aussi, bien souvent, politique, social, voire économique.
    Le projet « La haine du théâtre » (dir. François Lecercle et Clotilde Thouret), qui s’intègre dans le Labex OBVIL, a pour visée d’explorer cette histoire longue et mouvementée, à travers une série de séminaires, colloques et publications, et grâce à l’édition numérique des textes des controverses sur le théâtre (corpus français, anglais, italien, espagnol).
    Le colloque « La haine du théâtre : débats et polémiques (Antiquité-XIXe s.) », consacré aux débats théoriques et polémiques sur le théâtre, s’articulera autour de trois questions :
    1) à quoi tient cette hostilité au théâtre : qui sont les adversaires du théâtre et à quels groupes sont-ils liés ? quels intérêts sont en jeu ? quelles sont les origines historiques de cette hostilité ? La haine du théâtre s’est surtout déployée sur des bases religieuses et morales ; il s’agit de s’interroger sur les autres facteurs possibles (sociaux, politiques, économiques).
    2) quels sont les arguments développés, et les déplacements de l’argumentation, d’une aire culturelle à une autre ?
    3) quels sont les objectifs poursuivis : interdiction du théâtre, fermeture partielle, renforcement du contrôle et de la censure ? Quelles sont les revendications explicites et les objectifs tacites ? Quels rapports entre la polémique et les procédures de contrôle déjà en place ?
    Bref, il s’agit de cerner ce que ces débats disent de la vie culturelle et de l’autonomie concédée aux formes culturelles, par rapport aux instances politiques, aux normes sociales et aux contraintes idéologiques.
    Mentions légales