Recherche :
  • LE CRLC
  • Statuts
  • Membres permanents
  • Annuaire
  • Contacts
  • RECHERCHE
  • Présentation
  • Bilans et bibliographies 2007-2012
  • Programme 2013-2018
  • Partenariats
  • LABORATOIRE JUNIOR
  • Horizons comparatistes
  • DOCTORAT & HDR
  • Les études doctorales au CRLC
  • Directeurs de recherche
  • Thèses en cours (doctorants)
  • Thèses soutenues depuis 2008 (docteurs)
  • Habilitations soutenues depuis 2009
  • MANIFESTATIONS
  • Colloques
  • Journées d'études
  • Conférences
  • Séminaires de recherche
  • Séminaires de Master
  • Congrès de l'AILC
  • REVUE
  • Comparatismes en Sorbonne
  • PUBLICATIONS
  • Publications des membres permanents
  • Publications des docteurs et associés
  • LIENS UTILES
  • Collections & revues comparatistes
  • Réseaux de recherche sur la littérature
  • Centres de recherche sur la littérature
  • Bibliothèques numériques
  • Portails de sciences humaines
  • Revues en ligne
  • RESSOURCES
  • A lire
  • A écouter
  • A voir
  • ARCHIVES
  • Archives de Master
  • COLLOQUES
    Offenbach dans le texte
    Enjeux littéraires et dramatiques du répertoire offenbachien. Colloque international organisé par le CRLC (Sorbonne Université), le CHCSC (UVSQ)

    et SAPRAT (EPHE)
    les jeudi 17 et vendredi 18 octobre 2019 En Sorbonne
    OFFENBACH DANS LE TEXTE, enjeux littéraires et dramatiques
    du répertoire offenbachien

    Colloque international organisé par Stéphane LELIEVRE et Jean-Claude YON,
    les 17 et 18 octobre 2019 en Sorbonne (Salle des Actes)

    ATTENTION :
    Pour des raisons de sécurité – mais aussi parce que le nombre de places est limité dans les salles –, les participants au colloque et/ou au concert doivent s’inscrire auprès des organisateurs à l’adresse suivante : colloque.offenbach.sorbonne@gmail.com, jusqu’au samedi 12 octobre 2019 inclus.
    Veuillez indiquer dans votre message à quelle(s) journée(s) vous serez présent et/ou si vous souhaitez assister au concert. Merci de vous présenter en Sorbonne munis d’une pièce d’identité


    JEUDI 17 OCTOBRE 2019
    MATIN

    09h30-09h45 Accueil – Introduction par Jean-Claude Yon et Stéphane Lelièvre

    I. OFFENBACH VOYAGE !

    En Europe (I)

    09h45
    Ralf-Olivier SCHWARZ (Hochschule für Musik und Darstellende Kunst, Frankfort-sur-le-Main)
    • L’acclimatation d’Offenbach en Allemagne

    10h10
    Laurent BURY (Université Lumière – Lyon 2)
    • De Taken from the Greek à Troy Boy, avatars anglophones de La Belle Hélène

    10h35 : Questions
    10h45-11h05 : Pause

    11h05
    Matthieu CAILLEZ( Université Grenoble-Alpes)
    • Le succès des ouvrages lyriques d’Offenbach en Italie dans la deuxième moitié du XIXe siècle : analyse de la diffusion et de la réception des ouvrages, adaptation des livrets

    11h30
    Elena OLIVA (Università di Firenze)
    • “Na bella Elena imbastarduta” : Offenbach à Naples dans la deuxième moitié du XIXe siècle

    11h55 : Questions

    APRES-MIDI

    13h45
    Péter BOZO (Institut de musicologie de Budapest)
    • How Monsieur Choufleuri became Mr Kuffer?

    14h10
    Évelyne RICCI (Université Sorbonne Nouvelle)
    • Du livret au libretto : traductions, adaptations et parodies d'Offenbach en Espagne

    14h35 : Questions

    Dans le monde

    14h45
    Alexander FLORES (Université des études appliquées de Brême)
    • Le théâtre de Jacques Offenbach en Égypte

    15h10
    Tania BRANDAO (Universidade Federal do Estado do Rio de Janeiro)
    • Offenbach et Artur Azevedo: les maudits tropicaux

    15h35 : Questions

    16H05
    • Table ronde : mettre en scène Offenbach


    17H30 Fin de la première journée



    VENDREDI 18 OCTOBRE 2019
    MATIN

    I. OFFENBACH VOYAGE ! (suite et fin)

    En Europe (II)

    09h00
    Miriana YANAKIEVA (Institut de littérature - Académie des sciences bulgare)
    • Offenbach en Bulgarie

    09h25 : Questions

    II. OFFENBACH, LES PHILOSOPHES ET LES ECRIVAINS

    9h30
    Florence FABRE (Université d’Artois)
    • Nietzsche et les Grecs d’Offenbach

    9h55
    Stéphane LELIEVRE (Sorbonne Universités-Faculté des lettres - CRLC)
    • Quand George Sand inspire les librettistes d’Offenbach à son insu…

    10h20-10h30: questions
    10h30-10h50: Pause

    10h50
    Dominik PENSEL (Ludwig-Maximilians-Universität München)
    • ‘Offenbach’s Hoffmann’ and its Afterlife: The Politics of Artistic Production

    11h15
    Peter HAWIG (Ruhr-Universität Bochum)
    • Thomas Mann et Offenbach

    11h40 : Questions

    III. QUESTIONS DE DRAMATURGIE ET DE REPRESENTATIONS

    13h35
    Tom MEBARKI (Aix-Marseille Université)
    • Musique et texte dans l’opéra bouffon d’Offenbach. Du texte théâtral au prétexte musical

    14h
    Jérôme COLLOMB (Lyon)
    • Les Contes d’Hoffmann : une dramaturgie impossible ?

    14h25 : Questions

    14h55
    • Hélène ROUTIER (Institut de Recherche en Études Théâtrales, Paris 3)
    Les adaptations contemporaines des œuvres de Jacques Offenbach par Agathe Mélinand - Laurent Pelly

    16h20
    Emmanuelle CORDOLIANI (Paris)
    • D’une dramaturgie féministe et prolétarienne d’Offenbach

    16h45
    Laurent BIHL (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
    • « Offenbach aux enfers ? : retour sur la « médiocrité » de la mini-série télévisée de Michel Boisrond, « Les Folies Offenbach » Antenne 2 – 1977 »

    17h10 : Questions

    17h50-20h
    • CONCERT (entrée libre) - Amphithéâtre Michelet

    ATTENTION :
    Pour des raisons de sécurité – mais aussi parce que le nombre de places est limité dans les salles –, les participants au colloque et/ou au concert doivent s’inscrire auprès des organisateurs à l’adresse suivante : colloque.offenbach.sorbonne@gmail.com, jusqu’au samedi 12 octobre 2019 inclus.
    Veuillez indiquer dans votre message à quelle(s) journée(s) vous serez présent et/ou si vous souhaitez assister au concert. Merci de vous présenter en Sorbonne munis d’une pièce d’identité


    PRESENTATION

    Les hommes de lettres (romanciers, dramaturges, philosophes, poètes) ont plus d’une fois exprimé leur admiration pour l’art d’Offenbach : de Karl Kraus qui le considérait comme « l'un des plus grands créateurs satiriques de tous les temps et de toutes les cultures 1 » à Jules Vallès, déplorant, à la mort du musicien, que « personne […] n’a[it] jeté sur [sa] tombe la couronne qu’il méritait 2 », Jean Richepin qui souligne la force quasi révolutionnaire de ses œuvres 3, Jean Cocteau selon qui, dans les opéras-bouffes du musicien « tout est inventé, neuf, aérien, inimitable 4 », Nietzsche qui estime qu’Offenbach « a plus de droit que Wagner au titre de génie 5 » et qui considère les livrets de ses œuvres comme « la seule contribution de l’opéra à la poésie 6 » ou encore les surréalistes Paul Éluard ou André Breton 7, fervents adeptes de son art – les éloges émanant d’écrivains ne manquent pas. Est-ce parce que le génie d’Offenbach, au-delà d’une dimension purement musicale, trouve également à s’exprimer dans des ramifications poétiques et dramatiques ?

    De fait, Offenbach, comme tout grand compositeur lyrique, entretient avec l’univers des lettres une relation riche et complexe :

    - Auteur lui-même, il participa activement à l’élaboration de presque tous ses livrets et rédigea même celui de Maître Péronilla (1878) ; il publia par ailleurs en 1877 ses impressions et souvenirs liés à son voyage en Amérique dans le volume Notes d’un musicien en voyage. Épistolier infatigable 8, il publia de nombreux textes dans la presse 9.

    - Offenbach fut également autant homme de théâtre que compositeur : en tant que directeur de salles (les Bouffes-Parisiens, le Théâtre de la Gaîté) et metteur en scène de ses propres œuvres, mais aussi en tant qu’auteur, n’hésitant pas à procéder à certaines coupes dans ses partitions (y compris de pages de qualité) pour gagner en efficacité dramatique.

    - Il composa également des musiques de scène lors de son engagement à la Comédie-Française, pour des pièces de Beaumarchais (Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro) ou Molière (Le Malade imaginaire) et poursuivit cette activité à la Gaîté (La Haine de Victorien Sardou).

    - Il s’assura la collaboration des plus grands librettistes de son temps (Ludovic Halévy, Henri Meilhac, Hector Crémieux, Eugène Scribe, Charles Nuitter, Jules Barbier) ou celle, parfois anonyme, de certains des plus fameux auteurs de l’époque (Victorien Sardou, Jules Verne, Edmond About).

    - Quant aux contes ou récits légendaires dont s’inspirent ses œuvres, leurs origines sont multiples (française pour Barbe-Bleue, germanique pour Geneviève de Brabant, anglaise pour Whittington) et les écrivains sollicités plus ou moins directement par ses librettistes sont on ne peut plus nombreux : Ovide ou Homère, La Fontaine, Scarron, Matthias Emmich et René de Cériziers, Musset, Perrault, Defoe, Hugo, Mérimée, Hoffmann , etc.

    Ce sont précisément ces liens entre l’œuvre de Jacques d’Offenbach et la littérature, dans l’acception la plus générale du terme, que ce colloque, organisé à l’occasion du bicentenaire de la naissance du musicien, se propose d’interroger. Pourront y être abordées :
    - la question des sources littéraires des œuvres d’Offenbach et de leur adaptation en livrets ;
    - celle des relations qu’entretenait le musicien avec ses librettistes et certains écrivains, en particulier leurs modalités de travail et la question du partage de l’autorité auctoriale ;
    - la dramaturgie offenbachienne, dans sa double composante musicale et littéraire ;
    - des questions de poétique prenant en compte le lien texte/musique dans l’œuvre du compositeur ;
    - une étude des écrits d’Offenbach (ses lettres, ses livrets, ses Notes d’un musicien en voyage) ;
    - Les traductions en langue étrangère de ses livrets et, plus généralement, l’adaptation de ses œuvres à un contexte culturel non français.
    Dans une perspective élargie, l’art de la scène (décors, costumes, mises en scène de l’époque) pourra également faire l’objet de communications.


    Organisateurs:
    Stephane Lelièvre (st.lelievre@gmail.com) et Jean-Claude Yon (jeanclaudeyon@wanadoo.fr)


    Notes :

    1 Voir Peter Hawig, Jacques Offenbach, Facetten zu Leben und Werk, Verlag Christoph Dohr, Cologne : 1999, p. 239.
    2 La Vie moderne du 6 novembre 1880 cité par Jean-Claude Yon, Jacques Offenbach, Paris : Gallimard, coll. NRF Biographies, 2000, p. 613.
    3 « Chronique d’automne » dans La Vie moderne du 16 octobre 1880 cité par Jean-Claude Yon, ibidem.
    4 Jean Cocteau, Le Passé défini, tome 1 (1951-1952), [Paris] : Gallimard, 1983.
    5 Friedrich Nietzsche, La Volonté de puissance, paragraphe 834, traduction de Geneviève Bianquis, Paris : Gallimard, 1947, tome II, p. 77.
    6 Friedrich Nietzsche, Lettres à Peter Gast, traduction de Louise Servicen, Éditions du Rocher, 1957, tome II, p. 301.
    7 Voir Paul Éluard, Lettres à Joë Bousquet, Paris : Éditeurs français réunis, 1973, p. xxx, et André Breton, L'Amour fou, dans Œuvres complètes. Il, Paris : Gallimard, 1992, p. 722.
    8 Il n’existe malheureusement pas d’édition fiable – même partielle – de la correspondance d’Offenbach. On lira donc ses lettres à travers les biographies qui les reprennent et en utilisant l’ouvrage de Jacques Brindejont-Offenbach, Offenbach, mon grand-père (Plon, 1940).
    9 Les plus importants de ces textes sont repris dans M. Offenbach nous écrit. Lettres au Figaro et autres propos, réunis et présentés par Jean-Claude Yon, Paris : Actes Sud/Palazetto Bru Zane, à paraître en janvier 2019.
    10 Pour, respectivement : Orphée aux Enfers et La Belle Hélène, Le Financier et le Savetier, Le Roman comique, Geneviève de Brabant, Fantasio, Barbe-Bleue, Robinson Crusoé, Le Moine Bourru, La Périchole, Le Roi Carotte et Les Contes d’Hoffmann.




    Mentions légales