Recherche :
  • LE CRLC
  • Statuts
  • Membres permanents
  • Annuaire
  • Contacts
  • RECHERCHE
  • Présentation
  • Bilans et bibliographies 2007-2012
  • Programme 2013-2018
  • Partenariats
  • LABORATOIRE JUNIOR
  • Horizons comparatistes
  • DOCTORAT & HDR
  • Les études doctorales au CRLC
  • Directeurs de recherche
  • Thèses en cours (doctorants)
  • Thèses soutenues depuis 2008 (docteurs)
  • Habilitations soutenues depuis 2009
  • MANIFESTATIONS
  • Colloques
  • Journées d'études
  • Conférences
  • Séminaires de recherche
  • Séminaires de Master
  • Congrès de l'AILC
  • REVUE
  • Comparatismes en Sorbonne
  • PUBLICATIONS
  • Publications des membres permanents
  • Publications des docteurs et associés
  • LIENS UTILES
  • Collections & revues comparatistes
  • Réseaux de recherche sur la littérature
  • Centres de recherche sur la littérature
  • Bibliothèques numériques
  • Portails de sciences humaines
  • Revues en ligne
  • RESSOURCES
  • A lire
  • A écouter
  • A voir
  • ARCHIVES
  • Archives de Master
  • COLLOQUES
    MUSIQUE ET ENGAGEMENT
    mardi 31 mars, mercredi 1er et jeudi 2 avril 2020 en Sorbonne
    PROGRAMME

    MERCREDI 1ER AVRIL
    APRES-MIDI

    13H30-13H45 : ACCUEIL

    13H45-14H00 : INTRODUCTION

    SERVITUDE ET LIBERTE

    14h00-14h25
    ARIANE ET BARBE-BLEUE : UNE MISE EN MUSIQUE DE LA "SERVITUDE VOLONTAIRE"
    Claude Coste, Université de Cergy-Pontoise

    14h25-14h50
    « LIBERTE » : SOURCE CONSTANTE D’INSPIRATION POUR MIKIS THEODORAKIS
    Kalliopi Stigka, Athènes

    14h50-15h15
    LA MUSIQUE CLASSIQUE EN RUSSIE : L’ENGAGEMENT MALGRE LUI
    Sissi Baba, Sorbonne Université, Faculté des lettres

    15h15-15h30 : Discussion
    15h30-15h45 : Pause

    15h45-16h10
    MOZART AU CŒUR DE LA REVOLUTION FRANÇAISE. A L’OCCASION DU COURONNEMENT DU ROI DE BOHEME LEOPOLD II, LE 6 SEPTEMBRE 1791, CREATION A PRAGUE DE « LA CLEMENCE DE TITUS »
    Marc Dumont, Paris

    16h10-16h35
    « GRIDANDO : LEALTA ! » : LA RECEPTION DES PURITANI DE VINCENZO BELLINI DANS LE ROYAUME DES DEUX-SICILES
    Giuseppe Montemagno, Académies de Beaux-Arts de Catania et de Palermo, Institut Musical « Vincenzo Bellini » de Catania

    16h35-17h00
    « VOIR YVETOT ET MOURIR » : LE ROYALISME A L’EPREUVE DE L’OPERA-COMIQUE SOUS LOUIS-PHILIPPE
    Sabine Teulon-Lardic, Montpellier 3

    17h00-17h15 : Discussion

    JEUDI 2 AVRIL
    MATIN

    GUERRES ET PAIX

    09H00-09H25
    FIGURES MUSICALES DE L’ENGAGEMENT DANS LA GRANDE GUERRE : LES COMPOSITIONS DU KING’S ALBERT BOOK POUR LA BELGIQUE OCCUPEE (1914)
    Cécile Quesney, Sorbonne Université, Paris ; Esteban Buch, EHESS, Paris

    09H25-09H50
    CLAUDE DEBUSSY, ENFANT DE LA PATRIE ?
    Emilie de Fautereau Vassel, Sorbonne Université, Paris

    09h50-10h15
    S’ENGAGER EN MUSIQUE PENDANT LA GRANDE GUERRE DANS LA REVUE D’AVANT-GARDE SIC
    Stéphan Etcharry, Université de Reims Champagne-Ardenne

    10h15-10h30 : Discussion
    10h30-10h45 : Pause

    10h45-11h10
    « UN MEMBRE UTILE DE LA CITE » BENJAMIN BRITTEN, COMPOSITEUR ENGAGE
    Gilles Couderc, Université de Caen Normandie

    11h10-11h35
    EVOQUER LES COMBATS, ACCOMPAGNER LES VETERANS : LA CHANSON POPULAIRE AMERICAINE FACE A LA GUERRE DU VIETNAM
    Frédéric Sylvanise, Université Paris 13

    11h35-11h45 : Discussion


    JEUDI 2 AVRIL
    APRES-MIDI

    REVOLTE, RESISTANCE, INSOUMISSION

    13h30-13h55
    ALFRED BRUNEAU : COMPOSITEUR ET « DREYFUSARD »
    Raffaele D’Eredità, Paris

    13h55-14h20
    WOODY GUTHRIE ET LES CHANSONS DE LA SOUVENANCE D’UN PROCES
    François Jacob, Université Aix-Marseille I

    14h20-14h30 : Discussion

    14h30-14h55
    LA MUSIQUE COMME CONTRE-POUVOIR : LE CAS DU ZOUGLOU EN COTE D’IVOIRE
    Germain-Arsène Kadi, Université Alassane Ouattara

    14h55-15h20
    LA RESISTANCE CULTURELLE : ETUDE POSTCOLONIALE DU SEGA MAURICIEN
    Neelam Pirbhai-Jetha, Centre des Humanités Numériques Université des Mascareignes (Ile Maurice)

    15h20-15h30 : Discussion
    15h30-15h45 : Café

    JEUDI 2 AVRIL
    SOIR
    20H00 : CONCERT : REQUIEM DE VERDI, VERSION DITE « DU CAMP DE TEREZIN »
    GRAND AMPHITHEATRE

    VENDREDI 3 AVRIL
    MATIN

    POETIQUES ET POLITIQUE

    09h30-09h55
    L’ENGAGEMENT DE PIERRE : UNE ALLEGORIE LEVINASSIENNE
    Damien Bonnec, Université Jean Monnet – Saint-Étienne

    09h55-10h20
    DE L'IDEE DE L'ENGAGEMENT CHEZ ALPHA BLONDY ET GEORGES BRASSENS : ÉLEMENTS POETICO-DISCURSIFS ET PROCESSUS D'ANCRAGE DU TEXTE CHANTE
    Mory Diomandé, Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody (Abidjan, Côte d’Ivoire)

    10h20-10h45
    L’ECRITURE METONYMIQUE D’HELMUT LACHENMANN : ANALYSE D’UN ENGAGEMENT POETIQUE
    Dimitri Kerdiles, Université Rennes 2

    10h45-11h00 : Discussion
    11h00-11h15 : Pause

    11h15-11h40
    ROCK PROGRESSIF ET ENGAGEMENT : POUR UNE TYPOLOGIE DE L’ENGAGEMENT POLITIQUE DANS LES MUSIQUES POPULAIRES PHONOGRAPHIQUES
    Jean-René Larue, Université de Reims Champagne-Ardenne

    11h40-12h05
    « LA CROISADE DE L’ART POUR LE PEUPLE 1 ». MUSIQUE ET MUSICIENS ENGAGES AUX TEMPS DU FRONT POPULAIRE (1934-1938)
    Patrick Péronnet, IReMus, Paris

    12h05-12h15 : Discussion

    VENDREDI 3 AVRIL
    APRES-MIDI

    LA MUSIQUE FACE AUX EXTREMISMES

    13h30-13h55
    DU SUJET MILITANT AU RAYONNEMENT FORMEL, HETEROGENEITE ET FONCTION LOGIQUE DE L’ENGAGEMENT DANS L’ESTHETIQUE DE LUIGI NONO
    Kevin Gohon, Université Rennes 2
    13h55-14h20
    « LA JEUNESSE EMMERDE LE FRONT NATIONAL » : LES FORMES D’ENGAGEMENT DANS LA MUSIQUE PUNK
    Audrey Tuaillon Demésyn, Université de Franche-Comté, et Christophe Pécout, Université de Rouen Normandie

    14h20-14h45
    LA FIDELITE A LA MUSIQUE COMME ACTE SILENCIEUX D’INSOUMISSION : DEUX COMPOSITEURS BULGARES FACE A LA CENSURE IDEOLOGIQUE SOUS LE REGIME COMMUNISTE
    Miryana Yanakieva, Académie bulgare des sciences, Université de Strasbourg

    14h45-15h00 : Discussion
    15h00-15h20 : Clôture du colloque, café


    Organisation et comité scientifique
    François GIROUX (Musicologie, Sorbonne Université)
    Michela LANDI (Littérature française, Université de Florence)
    Stéphane LELIEVRE (Littérature Comparée, Sorbonne Université)
    Marthe SEGRESTIN (Littérature Comparée, Sorbonne Université)
    Frédéric SOUNAC (Littérature comparée, Toulouse II)




    Est-ce parce que la philosophie, depuis Hegel – au moins – et sa célèbre formule : « C’est dans les mots que nous pensons », nous a habitués à ne jamais appréhender une forme de pensée, quelle qu’elle soit, indépendamment de sa verbalisation ? Toujours est-il que lorsqu’on aborde la question de l’engagement en art, c’est bien souvent la littérature qui, la première, vient à l’esprit : Agrippa d’Aubigné, Voltaire, Victor Hugo, Jean-Paul Sartre, ou, hors de nos frontières, Henrik Wergeland, Italo Calvino, Richard Wright, ne sont que quelques exemples de cette littérature dite engagée, connue et étudiée en tant que telle depuis longtemps. La peinture, pourtant, n’est pas en reste, et les exemples de peintres engagés, en particulier lorsqu’il s’agit de condamner la guerre – de l’Allégorie de la Guerre de trente ans de Rubens (1637) au Tres de mayo de Goya (1814), ou au Guernica de Picasso (1937) – ou de combattre les régimes totalitaires (David Olère et ses œuvres dénonçant l’horreur du nazisme) sont nombreux.
    Le cas de la musique est un peu particulier… On aurait tôt fait de réduire la « musique engagée » au seul domaine de la chanson. Il est vrai qu’il n’y a guère, Vian, Brassens, Ferré, Brel ont laissé de célèbres témoignages en ce domaine. Hors de la sphère francophone, le cantautore Gianmaria Testa, Bob Dylan, Pink et Billy Mann (dont la ballade Dear Mister President critiquait de façon virulente la politique menée naguère par George W. Bush), le groupe punk allemand Die Ärtze (dont la chanson Cry for love moquant les mouvements néo-nazis trouve actuellement des échos inattendus face à la crise de l’accueil des migrants et est en passe de devenir l’un des titres les plus écoutés aujourd’hui en Allemagne) constituent, parmi tant d’autres, quelques exemples significatifs de chanteurs ou de chansons engagés.
    Mais l’engagement en musique dépasse bien sûr, et de beaucoup, le seul domaine de la chanson. Le jazz a largement contribué à la lutte contre la discrimination raciale : Nina Simone notamment a mis tout son talent de compositrice et d’interprète au service de causes nobles : droit des femmes, droits civiques, lutte contre le racisme... Et l’on assiste aujourd’hui, en écho au mouvement Black Lives Matter (« Les vies des Noirs comptent »), à une repolitisation du jazz, avec des artistes tels que Robert Glasper, Marcus Strickland, Christian Scott ou Kamasi Washington.
    Les musiciens dits classiques ont eux aussi dès longtemps mis leur art au service de causes auxquelles ils étaient particulièrement attachés, que leurs idées se lisent (ou s’entendent) en creux dans leurs œuvres (le pacifisme et l’unité nationale défendus par Offenbach dans Die Rheinnixen, le rêve d’une Italie libérée de l’oppression autrichienne dans le Nabucco de Verdi, l’opposition à toute forme de totalitarisme en général et à la personne de Hitler en particulier dans le Brundibár de Hans Krása), ou qu’elles y soient explicitement exprimées : on songe alors, entre autres très nombreux exemples, à l’engagement social du jeune Liszt, qui transparaît aussi bien dans ses écrits que dans certaines de ses compositions musicales (sa transcription de La Marseillaise pour le piano, L’Héroïde funèbre,…) ; on pense encore à l’opposition que manifeste Verdi envers une forme de morale bourgeoise étriquée et rigide, à sa plaidoirie en faveur de la liberté d’aimer et du respect dû aux femmes quelles qu’elles soient (La Traviata), à son rejet d’un catholicisme extrême et intolérant (Don Carlos) ; au droit à la différence exprimé par Britten dans Peter Grimes ou Billy Bud, à son indéfectible pacifisme (War Requiem) ; à la compositrice Ethel Smyth dont les convictions humanistes et féministes transparaissent dans The March of the Women (1911) ou The Prison (1930) ; à la position complexe qui fut celle de Chostakovitch après la révolution de 1917 : devenu premier compositeur du régime soviétique, il tient comme un double langage dans sa Cinquième Symphonie (1937), semblant chanter les louanges du régime tout en le dénonçant – ou de façon plus explicite encore dans sa Dixième Symphonie, composée à la mort de Staline dont il fait un portrait musical à la fois effrayant et grotesque. La Victoire de Guernica (1954) ou le Canto sospeso de Luigi Nono sont deux œuvres témoignant du combat du compositeur contre le fascisme. Et plus près de nous, les opéras Claude de Thierry Escaich (livret de Robert Badinter d’après Claude Gueux de Victor Hugo, créé à Lyon en 2013) ou Brokeback Mountain de Charles Wuorinen (livret d’Annie Proulx d’après sa propre nouvelle, créé à Madrid en 2014) témoignent chacun de l’engagement de leurs auteurs contre la peine de mort ou l’homophobie.
    Ces quelques exemples ressortissant à des époques, des esthétiques, des genres différents, témoignent de l’importance que revêt pour les musiciens, dans l’histoire de la musique, le fait de s’engager dans des causes humanistes, sociales, politiques, et de le faire par le medium qui leur est propre et qu’ils maîtrisent le mieux. Le colloque international qui aura lieu en Sorbonne les 31 mars, 1er et 2 avril 2020 se propose précisément d’explorer cette notion d’engagement en musique, en abordant notamment les thèmes et problématiques suivants :
    - L’engagement musical et la relation du compositeur aux mots : le musicien peut-il ne pas recourir au texte pour exprimer son engagement, la musique se suffisant à elle-même pour dire, dénoncer, convaincre, accuser ? Si le recours aux mots s’impose, quel rôle le compositeur octroie-t-il au texte dans la composition d’une œuvre musicale dite « engagée » : les mots sont-ils le vecteur essentiel de l’engagement (paroles chantées, ou déclamées sur de la musique), la musique ne constituant qu’un auxiliaire venant renforcer la puissance du verbe tout en lui restant subordonnée ? La musique, au contraire, décuple-t-elle le pouvoir des mots, parachevant le message dont ceux-ci sont porteurs ? Le texte n’est-il alors que le prétexte à une création autre, purement musicale, trouvant son efficacité en elle-même et en s’affranchissant du discours qui l’a suscitée ?
    - Certaines formes, ou certains procédés d’écriture musicale sont-ils plus aptes que d’autres à exprimer l’engagement ?
    - La question d'une musique dite engagée pose également la question de l’essence de l'art, de son utilité supposée, de sa finalité : la co-fusion de l’expression musicale et du combat social, humaniste, politique, ne se fait-elle pas au détriment de la musique ?
    Pour apporter des éléments de réponses à ces questions, toutes les formes musicales, toutes les époques peuvent être sollicitées, les œuvres ou musiciens cités ci-dessus ne l’étant bien sûr qu’à titre d’exemples. Les interventions pourront être consacrées aussi bien à un ouvrage en particulier qu’à un musicien en général et à son parcours humain et artistique, étant entendu que l’engagement d’un artiste en faveur de telle ou telle cause peut se retrouver sous différents aspects au fil des œuvres qu’il aura créées.

    Les projets de communications (titre et résumé de 2000 caractères environ), assortis d’une courte biographie, sont à adresser, avant le 31 octobre 2019, à Stéphane Lelièvre (st.lelievre@gmail.com) et Marthe Segrestin (marthe.segrestin@wanadoo.fr) .
    Mentions légales