OMPARATISMES EN SORBONNE
Tradition, Modernité : un éternel retour?
1-2010
Études réunies par Audrey Giboux, en collaboration avec le Centre de recherche en littérature comparée de Paris-Sorbonne (Paris IV) et le Centre de recherche sur l’art, philosophie, esthétique de Paris Ouest Nanterre La Défense
Avant-Propos
• Audrey GIBOUX
Remerciements [texte intégral]
Articles
Légitimité. Comment être moderne lorsque l'on se revendique d'une tradition ?
• Maud POURADIER (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
La modernité et le classique, deux réponses à la nouvelle exigence de la musique à partir du XVIIIe siècle : durer [texte intégral]
[résumé/abstract]
Survivances. De l'avenir des formes et des pratiques "usées"
• Julien ABED (Université Paris Sorbonne - Paris IV)
Le chant de la sibylle. L'"ancien" selon quelques contemporains (Jordi Savall, Maurice Ohana, Pascal Quignard) [texte intégral]
[résumé/abstract]
Crise. La fonction critique de la modernité
• Agnès GAYRAUD (Université Paris Sorbonne - Paris IV)
La modernité exclusive. Sur l'esthétique musicale de Theodor Wiesengrund Adorno [texte intégral]
[résumé/abstract]
• Benoît BERTHOU (Université Paris XIII Nord)
"Que faire ?" : la modernité en peinture [texte intégral]
[résumé/abstract]
• Jean-Christophe BLUM (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Rencontre avec Marc Plas : "la vidéo, ou l'art de démasquer" [texte intégral]
[résumé/abstract]
Résumés
• Tradition, Modernité : un éternel retour?
La modernité, devenue un enjeu esthétique de premier plan en Occident après Baudelaire et Rimbaud, semble pourtant toujours insaisissable. Souvent mythifiée, toujours contestée, la posture moderne se pose en absolu, en dépit de ses contradictions internes, des ambiguïtés idéologiques qu’elle soulève, de la difficulté que l’on éprouve à lui trouver des critères d’identification objectifs – en dépit même de la postmodernité. Polymorphe, elle semble avoir déjà vécu plusieurs vies, bien avant le XIXe siècle qui l’a vue renaître comme la valeur esthétique dominante, au point de rendre suspectes toutes les formes artistiques qui dérogeraient à son impératif. À l’heure où les premières œuvres modernes sont devenues des classiques, les rapports de la tradition et de la modernité critique, qui parfois se donne comme une utopie dont il convient de réitérer toujours la quête, sont donc d’autant plus cruciaux que la modernité en est venue à créer sa propre tradition. Les textes de ce recueil ont pour objet d’analyser comment, à travers le temps et en des lieux différents, la création artistique interroge, à des fins d’expressivité, l’opposition peut-être factice entre tradition et modernité.

• Tradition, Modernity: An Eternal Return?
Modernity, which became a first-rank aesthetic issue in Occident after Baudelaire and Rimbaud, still seems to be elusive. The modern posture, which has often been elevated to the level of a myth, and has always been contested, presents itself as an absolute, in spite of its internal contradictions, of the ideological ambiguities it creates, of the difficulty that critics struggle with when they try to identify it objectively, even in spite of postmodernity. It seems to have led several polymorphic lives, even before the 19th century when it grew again as the dominant aesthetic value, so much so that every artistic form which would derogate from its imperative is frowned as suspicious. As the first modern works became classics, the relationships between tradition and critical modernity, a utopia that still escapes us, became crucial, as modernity has come to build its own tradition. These articles aim to analyze how artistic creation, through different times and different places, questions the perhaps fake opposition between tradition and modernity, in order to generate an always renewed expressiveness.

• Tradition, Moderne: eine ewige Wiederkehr?
Die nach Baudelaire und Rimbaud im Abendland zum künstlerischen Haupteinsatz gewordene Moderne scheint trotzdem auch heute noch schwer fassbar. Die oft zum Mythos hochstilisierte, doch zugleich immer bekämpfte moderne Haltung spielt sich trotz ihrer inneren Widersprüche, trotz ihrer ideologischen Zweideutigkeit, trotz der vom Kritiker empfundenen Schwierigkeit, ihre sachlichen Identifikationskriterien zu erfinden, und auch trotz der Postmoderne als etwas Absolutes auf. In ihrer Vielgestaltigkeit hat sie schon auch vor dem XIX. Jahrhundert, in dem sie als der hervorragende ästhetische Wert ein Wiederaufblühen erlebt hat, scheinbar so viele Leben erfahren, dass alle künstlerischen Ausdrücke, die von ihrem Imperativ abweichen würden, verdächtig wirken. Seit die ersten modernen Werke zu Klassiker wurden, sind die Beziehungen zwischen der Tradition und der kritischen Moderne, die sich als eine immer zu verfolgende Utopie gibt, um so entscheidender, als die Moderne ihre eigene Tradition ausgebildet hat. Diese Artikel analysieren, wie die künstlerische Schöpfung den vielleicht künstlichen Gegensatz zwischen Tradition und Moderne in Frage stellt, um eine ständig erneuerte Ausdrucksart zu erreichen.
Comparatismes en Sorbonne
ISSN 1962-8927
La revue
Présentation
Les comités
Recommandations aux auteurs
Informations légales
Contacts
Numéros disponibles
9-2018
Littérature et philosophie, enjeux et limites d’un rapport de force
8-2017
La représentation du cinéaste dans le récit littéraire
7-2016
Fiction littéraire contre storytelling ? Formes, valeurs, pouvoirs du récit aujourd’hui
6-2015
Les Classiques aux Amériques Réécritures des classiques grecs et latins sur le continent américain et dans les Caraïbes
5-2014
Écrire (sur) la musique
4-2013
(Dé)construire le canon
3-2012
La ruse en scène. Poétiques et politiques de la tromperie au théâtre (XVIe- XVIIIe siècles)
2-2011
Spectacle de la violence
1-2010
Tradition, Modernité : un éternel retour?